HISTOIRE DE STE CATHERINE

 

Ste-Catherine, comme Mespaul, étaient sous l'Ancien régime, des trèves de la paroisse de Plouvorn. Une trève désignait un lieu de cultes annexe qui dépendait d'une paroisse-mère. A la révolution, Mespaul et Ste-Catherine sont rattachés et forment la commune de Mespaul.

Description de l'enclos

Une même enceinte encadre le vieux presbytère, l'ancien cimetière, le calvaire et la chapelle.

Le vieux presbytère, à droite de la chapelle, a l'aspect d'une gentilhommière. Une porte emmurée a laissé la trace des passages des chapelains de leur domicile à la chapelle.

L'ancien cimetière est aujourd'hui recouvert de gazon.

Le calvaire, en kersantite, a été construit vers 1575, mesure de 8 à 9 mètres de hauteur. De chaque côté du Christ, la Sainte-Vierge et saint Jean. Madeleine, le corps violemment rejeté en arrière, est au pied de son divin maître. Au revers du Christ crucifié, saint Jacques et saint Pierre. Le premier tient de la main droite sa gourde et un bâton de pèlerin et porte dans la main gauche un livre ouvert; le second a les clefs dans une main, un livre dans l'autre. Au pied du calvaire, une belle Vierge de la Pitié en granit. Ce calvaire a été restauré en 1895, par un sculpteur de Morlaix, Larhantec, et inscrit aux Monuments Historiques en 1997.

La chapelle consacrée à Ste Catherine d'Alexandrie date du XVème ou XVIème siècle dans ses parties les plus anciennes. Louis Le Guennec, bibliothécaire quimpérois nous apprend que la chapelle avait pour fondateurs les seigneurs de Créachquérault, manoir voisin qui a été le berceau d'une très vieille lignée et dont subsiste un bâtiment du XVIIème siècle flanqué d'une tourelle ronde.

(propriété privée)

Le clocher et le bas de la chapelle s'effondrèrent le 14 février 1776, elle fut presque entièrement reconstruite. L'édifice a été à nouveau entièrement restauré en 1895.

Dans la chapelle, au-dessus de l'autel, à gauche, se voit la statue de sainte Catherine. La sainte tient une roue brisée et pose un pied sur une tête d'homme qui représente l'Empereur Maxence ou son père. Revêtue d'une robe rouge brodée et d'un plastron blanc, elle a le front ceint d'un diadème.

Au centre, au dessus de l'autel, Notre-Dame de Bon-Secours, avec une colombe sur la main droite; de la main gauche, la Vierge porte l'Enfant Jésus, qui étend ses bras vers la colombe. A droite saint Jean-Baptiste montrant du doigt un agneau couché à ses pieds.

L'autel en chêne est sculpté et porte plusieurs coquilles saint Jacques. Sur le devant, on lit cette inscription :

DE DOM F : CORRE CVRE ET FABRIQVES OLLIVIER : TANGVY ET JEAN LE ROY FAICT L'AN 1706

On y aperçoit également, sculptées en relief, huit figures épanouies d'anges que les enfants se plaisaient à venir baiser.

Evènements historiques - Pardon

La trève de Ste-Catherine était desservie au moment de la Révolution par l'abbé Moal. Il fut considéré comme prêtre réfractaire, des gendarmes de Landerneau vinrent l'arrêter mais furent assaillis par les particuliers et particulières de Ste-Catherine".

A partir de 1905, une foire aux chevaux avait lieu le premier jeudi de chaque mois.

Le pardon a lieu le dimanche qui suit le 25 novembre. Il est parfois ramené au dimanche précédent en raison de l'Avent.